Au salon VivaTech, la Suisse connecte les objets du quotidien

Une vingtaine de start-up suisses sont regroupées dans un pavillon national, au salon des nouvelles technologies Viva Technology, à Paris. Après le succès de la volière de drones, en 2018, l’organisme de promotion Présence Suisse renouvelle son idée de mise en scène.

 

 

Encouragé par le succès de la volière de drones l’année dernière, le pavillon suisse est de retour au salon Viva Technology (VivaTech) des nouvelles technologies qui se tient du 16 au 18 mai à Paris. L’édition précédente avait attiré plus de 100 000 visiteurs.

 

Pour cette deuxième participation, Présence Suisse, l’organisme chargé de promouvoir la Suisse à l’international, propose une nouvelle présentation-spectacle autour, cette fois-ci, des technologies du quotidien.

 

Une vingtaine de jeunes pousses helvétiques seront présentes sur le stand national de 65 m², divisé en deux parties. Une scène tournante accueillera un show scénarisé, aux côtés d’un stand plus classique où les start-up pourront présenter leurs produits.

 

Nicolas Bideau mène le show
 

Pour en mettre plein la vue aux visiteurs, Présence Suisse fait appel à deux acteurs qui évolueront dans un décor représentant différentes pièces d’un logement.

 

Le but: illustrer l’utilité au quotidien des nouvelles technologies développées en Suisse, en recréant 24 heures dans la vie d’un couple suisse.

 

Une saynète qui sera reprise toutes les heures et présentera 13 jeunes entreprises.

 

«Nous sommes très peu à proposer une présentation théâtralisée. C’est un premier test, si cela fonctionne, nous renouvellerons l’expérience», reconnaît Nicolas Bideau, directeur de Présence Suisse, qui s’improvisera narrateur de ce petit spectacle destiné à capter l’attention du public et de potentiels investisseurs.

 

A découvrir, un matelas anti-ronflement
 

L’inventivité de la volière de drones présentée l’année dernière avait séduit les organisateurs du salon. Cette année, le stand suisse est mieux placé, au centre du salon.

 

«Nous sommes directement en face d’Amazon!» se réjouit-il.

 

Un gain de visibilité non négligeable pour les entreprises sélectionnées cette année. «Pour le show, ce sont globalement des start-up encore en cours de développement, précise Nicolas Bideau, elles ne paient pas pour être présentes. Nous avons lancé un appel d’offres et sélectionné celles qui nous paraissaient les plus prometteuses.»

 

Les visiteurs du salon pourront notamment découvrir le matelas connecté de la marque Elite, qui détecte les ronflements et corrige la position du dormeur.

 

Ou encore, des capteurs et une application développés par la start-up Gait Up destinés à améliorer la manière de courir de l’utilisateur. «Nous ne voulions pas nous limiter à de la domotique, mais montrer que la SwissTech couvre les domaines de la HealthTech, de la FoodTech, de la SportTech, tous les aspects de la vie quotidienne», résume Nicolas Bideau.

 
WeCheer à la recherche de nouveaux investisseurs
 

Le décapsuleur connecté de la start-up lausannoise WeCheer sera également de la partie.

 

«Nous avons besoin de ce genre d’événement pour bien faire comprendre au public l’intérêt de notre produit, parce qu’un décapsuleur connecté, ça peut paraître un peu fou», reconnaît Karim Choueiri, cofondateur de l’entreprise. L’objet permet de compter le nombre de bouteilles ouvertes, et d’enregistrer le lieu d’ouverture. L’utilisateur peut également donner son avis sur la boisson.

 

Après une phase de développement orientée vers les barmans et les brasseurs, le public pourra se le procurer d’ici à la fin de l’année. «Il sera mis en vente en ligne sur notre site et sur des plateformes de vente type Amazon pour une somme comprise entre 40 et 50 francs, précise-t-il, nous sommes aussi en négociation avec plusieurs enseignes d’électroménager pour le distribuer en Suisse.»

 

La jeune pousse compte aussi sur cette opportunité pour rencontrer de nouveaux investisseurs. «Nous préparons une nouvelle levée de fonds pour assurer notre croissance pour la fin d’année», détaille Karim Choueiri.

 

«L’autre nouveauté, c’est que cette année, la grande majorité des start-up suisses présentes au salon seront sur notre stand», reprend Nicolas Bideau.

 

En dehors du pavillon, deux projets de robotique suisses seront également présentés. L’exosquelette d’aide à la marche du projet Twiice et le robot quadrupède ANYmal s’exposeront au Robot Park.

 

Le Temps

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Les constructeurs automobiles allemands inquiets de l’arrivée de Tesla sur leurs terres

18.11.2019

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives